Les Français et le travail, un rapport complexe

« Les débats suscités par la réforme des retraites ont eu l’immense mérite de faire prendre conscience de l’ampleur de la crise du travail à une large partie de l’opinion publique et des responsables politiques. » Voici ce que déclarait Dominique Méda, philosophe et sociologue, dans une tribune publiée dans Le Monde.
No items found.

Pour beaucoup d’observateurs, la levée de boucliers contre le report de l'âge légal de départ à la retraite reflète un profond malaise dans le monde du travail en France. 

Mais qu’en est-il vraiment ? Les actifs français sont-ils si insatisfaits ? Sur quoi repose cette « crise du travail » décrite par Dominique Méda ? Plusieurs études récentes ont justement été consacrées au sujet. Voici notre décryptage.

Malgré les idées reçues, une large majorité de Français se déclarent satisfaits au travail

C’est le constat que dresse la grande enquête ​​Les Français au travail : dépasser les idées reçues, publiée par l’Institut Montaigne en février dernier : 77 % des actifs s’estiment globalement satisfaits de leur travail. De quoi tordre le cou au cliché du Français râleur et paresseux !

- Quels sont les principaux moteurs de la satisfaction au travail ? Selon cette même enquête, ce serait avant tout :

  • La bonne intégration dans l’équipe de travail,
  • Les bonnes relations avec les collègues,
  • L'autonomie dans le travail.

Autre enseignement : il n’y aurait pas de rupture par rapport à la période pré-Covid. Loin d’avoir chuté, la satisfaction au travail exprimée par les Français a même légèrement progressé au cours des dernières années. Quoi qu’il en soit, on est loin du scénario selon lequel l’Hexagone ferait face à un rejet généralisé du monde du travail. 

 

Insatisfaction au travail : des causes structurelles

L’état des lieux dressé par l'Institut Montaigne n’est toutefois pas tout rose. L’étude identifie en effet 4 principaux sujets d’insatisfaction au travail chez les Français :

  • Un manque de reconnaissance du travail par l’entreprise, et par la société dans son ensemble,
  • De faibles perspectives de carrière ou d’évolution professionnelle,
  • Une rémunération jugée inadaptée,
  • Du télétravail inexistant ou insuffisant.

Selon une autre étude sur Le rapport au travail des Français publiée par l’institut Ifop en mars dernier, 58 % des actifs estiment par ailleurs que le travail reste avant tout une contrainte nécessaire pour subvenir à leurs besoins. 

 

En 2006, ils étaient pourtant 51 % à estimer que c’était d’abord un moyen de s’épanouir dans la vie. D’où une certaine dégradation de l’image que les Français ont de leur travail.

Quand la charge psychique pèse plus que le temps de travail

 

L’Institut Montaigne s’est aussi penché sur la durée de travail moyenne des Français, et révèle qu’elle dépasse largement les 35 heures par semaine : elle s’élève à 39,6 heures pour les actifs à temps plein en CDI. Mais ce n’est pas une surprise : ce chiffre est en réalité stable depuis plusieurs années.

Ce qui est étonnant en revanche, c’est que, malgré cette stabilité en matière d’heures travaillées, 60 % des travailleurs français considèrent que leur charge de travail a augmenté en 5 ans. Les Français ne travaillent donc pas plus qu’avant, mais ils se sentent davantage surmenés.

D’où vient ce paradoxe ? Il semblerait que la charge de travail psychique ou ressentie soit de plus en plus décorrélée de la charge réelle ou effective. En cause, des facteurs subjectifs comme un mauvais rapport avec le management, ou un manque d’autonomie dans le travail.

 

La question du sens, au cœur des évolutions du rapport au travail

 

Le sens au travail : une question de génération

 

Les jeunes actifs sont visiblement bien plus motivés que leurs aînés par l’intérêt de leur travail, et par la mission qui leur est confiée. Dans l’enquête Une jeunesse plurielle publiée en 2022, l’Institut Montaigne a demandé à un échantillon de jeunes de 18-24 ans quel était leur premier critère pour choisir un emploi. Ils ont été 42 % à répondre « la passion ». Seuls 25 % ont cité « le salaire » comme priorité, et 5 % à peine ont mentionné « la sécurité de l’emploi ». 

 

Pour Julia de Funès, philosophe et auteure, spécialiste du travail, le constat est clair :
« Pour ma génération et les précédentes, le travail était une valeur en tant que telle, c'était une finalité : on avait un beau boulot, on avait réussi sa vie sociale. C’est beaucoup moins vrai aujourd’hui : le travail n'est plus une finalité, il est perçu comme un moyen au service de la vie », déclarait-elle récemment dans une interview.

Les Français et le travail, un rapport complexe

Comment les jeunes générations réinventent leur rapport au travail ?

D’après un autre sondage réalisé par le site de recherche d’emploi Monster en 2021, près de 78 % des 18-24 ans affirment par ailleurs qu’ils n'accepteraient pas un emploi qui n'a pas de sens pour eux.

 

Les jeunes sont donc de plus en plus nombreux à choisir un travail avec l’objectif de faire bouger les lignes et de résoudre les grands problèmes environnementaux et sociétaux. Le portrait souvent brossé d’une jeunesse désabusée et désengagée au travail est donc indubitablement une idée reçue.

Rapport au travail et report de l’âge légal de départ à la retraite

Le rapport au travail des Français est donc finalement profondément ambivalent : si une grande majorité d’actifs se déclarent satisfaits, les frustrations sont bien réelles, notamment en matière de charge psychique, et les jeunes générations interrogent plus que jamais leur lien au travail.

Cela explique sans doute en partie le rejet massif du report de l’âge légal de départ à la retraite : seules 7 % des personnes interrogées par l’Institut Montaigne estiment que l’âge de départ actuel à 62 ans n’est pas assez élevé. Elles sont même 48 % à le considérer déjà trop élevé.

Quoi qu’il en soit, cet enjeu du rapport au travail est pris très au sérieux par le gouvernement : Emmanuel Macron a en effet déclaré qu’il souhaitait enclencher rapidement des discussions avec les partenaires sociaux. En cette période « post-réforme », les sujets de l’emploi et de la vie au travail seront donc plus que jamais sur le devant de la scène.

Nos actuaires
Les différents actuaires de notre équipe se relaient pour vous fournir les meilleurs articles, guides pratiques et interviews sur la retraite en France
Notre rédacteur

Dans la même thématique.

T'es toujours là ?

Nos articles

Écrits par des actuaires avec pour objectif de t'aider à mieux naviguer dans les eaux (parfois troubles) de la retraite en entreprise.

Lire les articles

Nos simulateurs

Nos simulateurs pour calculer l'économie que tu peux réaliser avec le PERO et comparer les taux de remplacement de tes salariés.

Faire ta simulation

Tes questions

Pose tes questions directement à Julien, le CEO et fondateur de Gedeon. Promis, il te répondra...tant que ça parle de retraite ou de pâté en croûte.

Nos réponses
gedeon
Réserve un point de 30 minutes
avec l'un de nos conseillers.
Fermer cette fenêtre

Pour ne rien rater de l'actualité de la retraite inscris-toi à la newsletter Gedeon

Elle te donnera accès à des articles et ressources exclusifs spécialement pensés pour la communauté des RH en France.